Alfred Hitchcock et moi

Il y a une quarantaine d’étés, j’ai découvert Alfred Hitchcock dans un cycle à la télé.

A cette époque préhistorique, il y avait des cycles à la télé : ça voulait dire que pendant quelques mois ou quelques semaines, on avait tous les lundis (ou tous les jeudis ou tous les dimanches ou…) un film du même réalisateur. Et moi, pendant cet été-là, j’ai regardé les 8 ou 10 films du cycle Hitchcock.

Et puis je suis devenue accro et je me suis mise en tête de voir tous les films du gars. Chaque fois que j’en voyais un nouveau à la télé, j’écrivais son titre au stylo bic noir sur ma liste des films de Hitchcock. Ça a pris du temps parce qu’à cette époque là, le magnétoscope n’existait pas (et internet non plus).

Un jour, j’ai lu dans Télé Poche que François Truffaut adorait Hitchcock alors j’ai regardé le cycle Truffaut. Ça a pris du temps aussi (car le magnétoscope n’existait toujours pas… et internet non plus) mais un peu moins quand même parce que François a fait moins de films que son maître Alfred.

Un des premiers films que j’ai vus au cinéma était « Vivement Dimanche ! » où Truffaut rendait un peu hommage à Hitchcock dans un film à suspens en noir et blanc saupoudré d’humour british. Fanny Ardant et Jean-Louis Trintignant y étaient parfaits. J’avais 15 ans.

Puis j’ai commencé à aller de plus en plus au cinéma…

 

 

En furetant sur le net, j’ai trouvé un document rigolo où Truffaut parle de son admiration pour Monsieur Hitchcock, en sa présence, dans un anglais à l’accent frenchie des plus croustillants.

 

 

Et j’en profite aussi pour vous rappeler que les talentueux créateurs de la série Blow-up ont réussi à résumer la longue carrière de Sir Alfred en 8 minutes chrono ; exploit réalisé à l’occasion de la rétrospective qui lui était consacrée au festival international du film de La Rochelle en juillet dernier (et à laquelle je n’ai pas pu assister pour une sombre histoire de pieds cassés).

 

 

Si après ça, je n’ai pas réussi à vous donner envie de vous faire un petit Hitchcock, je n’ai plus qu’à mettre la clé sous le portail du site.

 

Si vous aimez... Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *