Cabadzi et Blier : un trouple moderne.

J’ai reçu cette semaine le magnifique coffret en édition limitée de Cabadzi que j’avais commandé au mois d’août (et qui se commande toujours ici.)  Cette jolie boite noire contient le nouveau projet du duo nantais. Parler d’album serait presque réducteur tant les images, les mots et les sons sont intimement mêlés dans ce Cabadzi x Blier et tant il déborde allègrement les frontières du seul objet musical.

Ma première émotion sera visuelle et esthétique : le beau CD rouge vif est niché au creux d’un carnet japonais renfermant également des textes annotés ainsi que des tirages en impression typographique des illustrations d’Adams Carvalho (et je ne parle pas de l’adorable dédicace personnalisée de Lulu et Vikto qui évoquent savamment mes problèmes de pieds conjoncturels et ma groupitude structurelle). L’ensemble est habillé de noir et d’or, tel un smoking cousu sur mesure pour une soirée de remise des Césars (ou des Oscars, car c’est le moment de te rappeler que si Blier a collectionné les Césars, il a aussi obtenu l’Oscar du meilleur film étranger pour Préparez vos mouchoirs). Bref tout ça est très finement pensé et frise la classe ultime !

Sans compter que l’extase des oreilles suivra très vite le plaisir des yeux…

Il y a en effet beaucoup de sensualité voire de lentes montées orgasmiques dans les 11 morceaux qui composent cet album. Les titres des chansons, réduits jusqu’à l’épure d’un seul mot (Bouche – Oui – Grave – PolaroïdUn deux trois – Reste – Rouge – Jamais – Fatiguée – Bain – Dansable), gardent le mystère nécessaire à la montée du désir… et à l’envie que ça recommence. Je parle évidemment de l’envie de réécouter l’album une fois les onze plages passées, espèce de petit(e) polisson(ne) va !

En écoutant ce Cabadzi x Blier, j’ai aussi réalisé que j’avais vu quasiment tous les films de Bertrand Blier. Adolescente, et sans doute trop jeune pour en comprendre l’ampleur et la finesse, j’avais adoré Préparez vos mouchoirs, Les Valseuses, Beau-père, La femme de mon pote et Tenue de Soirée que j’avais vus à la télé.  Jeune adulte devenue cinéphage, je me souviens avoir classé au rang de films cultes Trop Belle pour toi et Merci La vie, que j’avais vus au cinéma.

Quant à Cabadzi, cuvée 2017 c’est le groupe revenu à son socle originel : Vikto (Victorien Bitaudeau) et Lulu (Olivier Garnier). S’ils ont toujours la même belle énergie et la même force vitale des mots, du son et de l’interprétation, la nouveauté vient cette fois de la musique, résolument électronique, et des textes, exclusivement tirés ou adaptés des films de Bertrand Blier.

Finalement voir les chemins de Cabadzi et de Blier se rencontrer ainsi, c’est un peu comme voir deux de tes amis de longue date se trouver et s’aimer alors que tu n’avais jamais imaginé qu’ils puissent s’entendre et partager une telle proximité ! En l’occurrence, Lulu, Vikto et Bertrand étant des garçons modernes, ils nous proposent une belle  histoire à trois !

Et si tu veux en savoir un peu plus sur l’intimité de ce joyeux trouple…

Eh bien c’est très simple : je te propose d’abord de lire ici la très belle interview réalisée par le grand Olivier Bas dans le dernier numéro du magazine Longueur d’ondes.

Et puis je te conseille aussi d’aller voir Cabadzi sur scène, parce que c’est quand même là que j’ai découvert et aimé passionnément ces artistes ! Je n’ai pas encore pu voir leur nouvelle proposition mais je sais, de sources sûres, que l’animation vidéo y tient une grande place et que la qualité certifiée Cabadzi est toujours présente ! La tournée commençant tout juste, rendez-vous est pris pour une date dans l’ouest. D’ailleurs, après leur résidence de création du Printemps 2017, La Sirène rochelaise les accueillera en concert le 26 janvier 2018 dans le cadre de la 3ème édition de sa French New-Wave Week (et je ne peux pas m’empêcher de rajouter que Nevché, un autre de mes chouchous, jouera  dans la même soirée !). Pour les autres dates, tu peux regarder par ici.

Et pour le reste, l’album est sorti ce vendredi 22 septembre dans toutes les bonnes pharmacies.

Si vous aimez... Partagez !

2 commentaires sur “Cabadzi et Blier : un trouple moderne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *