Volo : Frères d’âmes

Un concert de Volo c’est un rendez-vous entre amis. Si la météo n’avait pas été caniculaire en ce week-end de l’Ascension 2017 au cœur du Berry, on aurait volontiers évoqué une fin de soirée amicale en toute intimité autour de la cheminée ou sur le canapé du salon : les lumières sont chaleureuses, six lampes façon lampes-tempête  éclairent discrètement la scène. L’ambiance est douce et feutrée, 4 guitares servent de décor.

Vu les circonstances, évoquons plutôt une plage tropicale déserte. Il est minuit passé, la nuit est douce et magnifiquement étoilée, on a bravé les interdits pour faire un barbecue sur le sable, on a sorti les guitares. Les bouteilles de bière se vident et s’alignent. On est entre copains, on parle de soi, de la vie qui file, des cheveux blancs qui pointent, des questions existentielles et de nos ados qui décidément écoutent de la musique de merde. Viennent aussi les amours qui durent (plus ou moins), les souvenirs d’enfance, les auto-tamponneuses, le premier baiser près du cimetière. Trois frangins (deux vrais et un de cœur) jouent de la guitare. Ils sont vraiment doués. Les voix et les notes se mélangent idéalement. Tout s’harmonise et s’entremêle.  Et le temps passe.

On parle des petites têtes blondes qui font notre vie belle et de ce monde en suspens qu’on s’apprête à leur laisser. Évidemment on discute politique. Et puis on s’emporte un peu. On parle MEDEF, ISF, SDF, CAC 40, …  On se rappelle qu’on a un bon copain de droite.

Et puis les applaudissements fusent. Les lumières se rallument.

On est dans la jolie salle des Bains-Douches de Lignières. Le concert de Volo se termine. Après dix ans d’existence et cinq albums, dont le dernier intitulé Chanson Française (qui est aussi le titre de la chanson en forme de clin d’œil qui vient clore le concert), les deux frères Frédéric et Olivier Volovitch proposent un spectacle épuré tout en simplicité guitares/voix. Un format qui met en valeur la qualité de leurs textes, véritables chroniques du temps présent. Adopté par cette fratrie originelle, il faut également attribuer une mention très spéciale au guitariste Hugo Barbet, frère d’adoption, dont le jeu rare et la belle présence complètent parfaitement l’ensemble.

Si vous aimez... Partagez !

3 commentaires sur “Volo : Frères d’âmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *