Vikken, artiste hors normes

On le suivait depuis longtemps sur les réseaux, mais c’est à Laval qu’on a rencontré Vikken pour la première fois. C’était il y a quelques semaines, un peu avant son concert au 6PAR4, fameuse salle de musiques actuelles dont la folle équipe organise aussi chaque année, le beau festival printanier Les 3 Éléphants.  

La rencontre fut des plus joyeuses. Car si le propos de ses textes est grave, Vikken ne l’est pas forcément. Et on s’est bien marrés pendant l’interview !

Si tu ne le connais pas, voici son autoportrait pour commencer :

Vikken a la trentaine, il est DJ, producteur, auteur, compositeur, interprète et bien plus encore. C’est un artiste transdisciplinaire.

Son premier EP est sorti l’été dernier. Il s’intitule Joie… et n’est pas joyeux du tout ! Car, comme il le dit lui-même, ce premier opus est une sorte de thérapie : un monologue intérieur sombre, électronique  et hypnotique qui prend sa source au plus profond de l’intime en évoquant les combats et les douleurs traversés.

C’est grâce à l’arrêt forcé de ses activités de DJ, avec la fermeture prolongée des clubs pendant plus d’un an, que Vikken a décidé de consacrer du temps à sa propre musique et à ce projet très personnel. Premier effet collatéral : il a remporté le Prix du Jury des Inouïs du Printemps de Bourges 2021 !

Pour te faire une idée de son univers, en voici un bel échantillon avec le clip du morceau Pour une amie.

Si tu ouvres l’œil, tu pourras y reconnaitre d’autres artistes que l’on apprécie beaucoup !

(Attention spoiler …  Il s’agit de Jeanne Added et de November Ultra).

Les morceaux de Joie enveloppent l’auditeur dans une transe consciente, voire militante.  Ils mêlent textes scandés, propos politiques, répliques cinglantes et sentiments intimes avec des boucles électroniques planantes.

L’expérience musicale est à la fois dérangeante et envoutante. Les questions de Vikken deviennent nos questions. Et on reconnait sans peine le monde rude qu’il nous raconte. Les morceaux parlent d’identité et de genre. Ils interrogent la norme et disent la difficulté d’être en dehors, avec une question centrale qui fait écho à toutes les autres : Qui êtes-vous ?

Vaste sujet, que nous ne développerons pas ici !

On se contentera d’y ajouter notre question existentielle préférée : Devine où je suis ?

Pour s'abonner et partager :
error
fb-share-icon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *