Le Chantier des Francos a 20 ans, épisode 6 : Courçon

C’est à mi-chemin entre La Rochelle et Niort, à deux pas du Marais Poitevin, que se déroule le sixième épisode de notre grande saga de l’été : « Le Chantier des Francos a 20 ans ». Et comme à Courçon coule le Son (cours d’eau qui a donné son nom à la commune), on se dit que décidément l’équipe du Chantier des Francos n’a vraiment rien laissé au hasard !

Dans cet épisode, Virginie et Tristan reçoivent Cléa Vincent et Séverin pour un concert à domicile.

Pour être tout à fait exact, c’est dans le studio d’enregistrement résidentiel construit dans leur jardin qu’ont lieu les festivités. Ce petit nid douillet destiné à faire éclore la musique s’appelle le Watson Studio. Il a ouvert il y a 2 ans et a été imaginé comme une résidence d’artistes offrant tout ce qui peut aider à la naissance et à l’accompagnement artistique, matériel et technique d’un projet musical. Tout y est ainsi possible de l’hébergement à la résidence de création en passant par l’enregistrement, le mixage et le mastering. Si tu veux découvrir ce lieu idyllique caché au cœur de la campagne charentaise, tu peux cliquer ici. Le Watson Studio ouvre aussi régulièrement ses portes à  des concerts « en appartement » en formule légère.

La présence de Cléa et Séverin semble donc ici toute naturelle.

La soirée, chaleureuse à plus d’un titre, commence dans le jardin par un buffet fort agréable où chacun peut se sustenter (Le lobby des mots injustement oubliés a encore frappé). Quand je dis « chacun peut se sustenter », je parle du règne animal dans son ensemble. En effet, ce soir-là, les humains dégustent les mets du buffet et les moustiques dégustent le sang des humains. Fort heureusement, Virginie a tout prévu et une tartinade générale d’huiles essentielles à base de citronnelle est très vite organisée.

C’est donc dans une ambiance tropicale de circonstance que Cléa et Séverin présentent leur concert partagé, judicieusement placé sous le signe de la musique brésilienne. Chantant tour à tour les chansons de leur répertoire et s’accompagnant l’un l’autre dans une ambiance légère et décontractée, ils font également participer la soixantaine de spectateurs présents.

Une preuve en image avec la vidéo ci-dessous :

 

Les deux artistes se connaissent bien et ont de nombreux points communs. Pour commencer, Séverin a réalisé le premier album de Cléa en 2012. Quelques années plus tard à La Rochelle, ils ont fait partie de la même promotion du Chantier des Francos, chacun étant venu y développer son projet personnel.

Ils te parlent de leur expérience du Chantier dans la vidéo suivante :

 

Et ici, ils t’expliquent que Le Chantier des Francos fait aussi hôpital de jour, que la patronne est sympa et que faire de la musique c’est toujours bien :

 

Mais la liste des points communs ne s’arrête pas là : Cléa et Séverin partagent aussi le goût de la musique brésilienne. D’ailleurs, ils ont tous les deux mis la samba à l’honneur dans l’une de leurs chansons :

Pour Séverin, c’est  « Contrôle ta samba », une chanson et un clip dont je ne me lasse pas, avec Philippe Katerine en invité tricoteur et dompteur de tracteur :

 

Pour Cléa c’est « Samba », une chanson et un clip qui donnent envie de remuer du popotin en chemise à fleurs.

Si tu veux en savoir un peu plus sur les univers personnels de Cléa et Séverin, tu peux lire ça et puis aussi ça. Et tu peux aussi aller fureter tout seul comme un grand sur le net.

Voilà, ce joli rendez-vous tropical à Courçon était en fait la dernière étape de la tournée des 20 ans du Chantier avant le festival.

C’est donc l’occasion de féliciter et de remercier autant qu’ils le méritent (énormément donc !) l’ensemble des hôtes qui ont ouvert leurs portes (et parfois leurs fenêtres aussi) pour permettre à des spectateurs privilégiés de vivre des concerts magiques dans l’intimité et la proximité de lieux inhabituels. Comme la plupart étaient présents au Watson Studio, on en a profité pour faire une photo de famille. Pour tout te dire, la séance de pose fut haute en couleurs mais un certain nombre de clichés n’ont pas passé le cap du comité de censure…

 

 

Voici donc une photo tout à fait montrable, avec dans l’ordre d’apparition (de gauche à droite) :

Tristan et Virginie (Watson Studio à Courçon), Aurore et Smaïl (Vérines), Urwana et sa pianiste attitrée (Médiathèque de Marennes)

 

 

 

 

Heureusement, quand y’en a plus, y’en a encore : la fête continue pendant le festival !

Alors on se retrouve très vite aux Francofolies avec : Emily Loizeau, Mariscal, François Atlas, Ben Mazué, Pomme et Laurent Lamarca pour de nouvelles aventures !

Au risque de te plonger dans les affres du désespoir, je te dois la vérité : leurs concerts sont complets…

Mais ne sois pas trop triste, Devine où je suis sera là pour tout te raconter !

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous aimez... Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *