Aller au contenu

Oete, artiste exalté et exaltant

Oete (prononcer Eute), c’est Thibaut, un jeune auteur, compositeur et chanteur de 23 ans, originaire de Picardie. C’est un artiste (et probablement aussi un humain) libre. Il se distingue par sa voix éraillée, son corps exultant, son énergie débordante et son goût pour le chic, l’esthétique et les paillettes. Son premier album est prévu pour septembre prochain

Quand on l’interroge sur son univers musical, il répond dans un grand sourire qu’il fait « de la musique pour danser sérieusement » mais qu’on pourrait aussi dire de lui qu’il fait de la variété alternative (la preuve ici).

Oete réinvente la bonne vieille variété française et la revisite à la façon des années 2020, en la nappant de sonorités pop et électro.

Ses chansons sont à la fois sentimentales et exigeantes, alternatives et populaires, dansantes et mélancoliques. Si l’on osait, on vous dirait que c’est le fils caché de Daniel Darc et Dalida.

Mais rendons à Leslie ce qui est à Leslie car c’est elle qui, la première, nous a mis sur la piste de Oete. Leslie Bourdin accompagne Oete sur scène depuis quelques mois. C’est une superbe artiste que l’on aime beaucoup : autrice, compositrice, chanteuse et multi-instrumentiste incroyable, elle se cache (trop) souvent derrière les artistes avec lesquels elle collabore. Parmi eux, Charles Aznavour, Baxter Dury, Grand Corps Malade ou Renaud (excusez du peu !). Autant dire que lorsque Leslie a commencé à collaborer avec Oete, on s’est précipité pour le découvrir.

C’est au Printemps de Bourges que l’on a pu voir Oete sur scène puis le rencontrer pour la première fois.

A vrai dire, on a d’abord quotidiennement croisé le garçon au milieu du public du 22, cette paire de salles jumelées où se déroulent chaque jour les concerts des Inouïs du Printemps de Bourges. Comme les autres artistes sélectionnés, Oete assistait avec assiduité aux concerts de ses collègues de la promotion 2022. Et il ne passait pas inaperçu, tant il dansait, bondissait et chantait pendant les concerts des autres. C’était un vrai plaisir de le voir vivre ces instants avec tant d’intensité. D’ailleurs, de l’intensité, il semble en mettre partout et tout le temps. Il y en avait aussi beaucoup dans son concert, qui fut une belle réussite. Sa prestation sur scène, lumineuse et énergisante, fut très remarquée, tant par les spectateurs que par les nombreux professionnels présents.

Lors du temps d’interview qu’il a bien voulu nous accorder juste après son concert, il nous a dit qu’il s’estimait chanceux, heureux et fier d’avoir été sélectionné, parmi plusieurs milliers de candidat.es, par le plus gros tremplin musical français et qu’il était enchanté aussi de participer pour la première fois à l’un des plus importants festivals français.

Faire partie des Inouïs du Printemps de Bourges n’est pas de tout repos.

En plus de leur concert, les artistes de la sélection bénéficient d’une semaine d’accompagnement très dense. Arrivant quelques jours avant le festival, ils participent ensemble à des modules de formation et d’information sur le monde de la musique et les façons de développer leur projet musical et leur carrière. Les journées sont bien remplies et les nuits sont courtes ! Malgré la fatigue accumulée, Oete ne garde que de bons souvenirs de cette expérience. Et il a particulièrement insisté sur tout l’amour et les bons moments partagés au sein du groupe entre les 33 jeunes artistes présents. Il a beaucoup aimé aussi découvrir les autres musiciens de la sélection et se sentir un peu moins seul sur cette planète où les artistes sont parfois considérés comme des extra-terrestres.

©YannOrhan

On en a aussi profité pour lui demander quels étaient les chanteurs et chanteuses qui l’avaient attiré vers la musique.

Et on n’a pas été vraiment surpris de l’entendre nous citer Daniel Darc, Alain Bashung, Barbara, Christophe et Brigitte Fontaine. Autant d’artistes qu’il décrit comme des lumières ayant éclairé son chemin et des repères lui ayant permis de tracer sa route.

Enfin, quand on lui a demandé quel était son dernier coup de foudre musical, il nous a parlé avec ardeur d’une autre des membres de la sélection des Inouïs qui le bouleversait totalement : Zaho de Sagazan. Et on ne peut qu’être d’accord avec lui, tant Zaho de Sagazan nous a nous aussi chamboulé.es ces derniers mois. D’ailleurs on compte bien en reparler ici très bientôt !

Un aveu pour terminer : on a malencontreusement oublié de demander à Oete d’où venait son pseudonyme. Mais après quelques recherches, et si internet ne s’est pas trompé, ce nom viendrait du mot poète, auquel il aurait retiré le P initial. Par contre, on ne sait pas pourquoi ça se prononce Eute… On continue à enquêter sur le sujet !

Terminons avec cette étonnante reprise qui nous fait dire que, décidément, on a pas mal de points communs avec Oete :

Pour s'abonner et partager :
error
fb-share-icon