Aller au contenu

Retour à Mythos

Voilà deux ans qu’on espérait revivre la folle ambiance de Mythos. Rennes nous avait manqué, le parc du Thabor, le Magic Mirror et la chaleur du public breton aussi.

Après deux annulations consécutives, 2022 était l’année des retrouvailles mais aussi celle de la 25ème édition du festival.

Force est de constater qu’en cette ère post-covid, le public se décide souvent au dernier moment, mettant parfois les nerfs des organisateurs d’évènements à rude épreuve. Mais le bilan final du festival est positif. Il fait état de 35 000 billets vendus pour les 89 concerts et spectacles payants organisés pendant 10 jours à Rennes et aux alentours. A cela, s’ajoutent les propositions artistiques gratuites et Les 6 000 repas servis par les Toqués de Mythos.

Ce sont donc 260 artistes et 70 chefs cuisiniers qui ont partagé leurs créations avec le public !

Photo Loewen

La programmation était dense, variée et éclectique, s’adressant à tous les âges et à tous les goûts. Théâtre, humour, concerts, dj sets : chacun pouvait trouver de quoi se faire plaisir et partager collectivement des moments mémorables.  Joyeuses, légères ou plus graves, les propositions étaient pléthoriques, contraignant parfois le spectateur à des choix cornéliens et à des renoncements difficiles.

Côté musique, on s’est d’abord laissés guider par notre cœur et on a choisi de revoir deux de nos chouchous du moment : Chien Noir (dont on t’avait déjà longuement parlé ici) et November Ultra (dont tu peux faire la connaissance là) et qui vient de sortir un sublime premier album intitulé Bedroom Walls.

On a également profité de Mythos pour revoir sur scène les deux frangins de Terrenoire récemment auréolés de la Victoire de la musique de la révélation de l’année.

Si tu ne les connais pas, tu peux les découvrir en compagnie de Pomme dans ce clip :

Évidemment, la programmation faisait aussi une large place aux valeurs sures.

On trouvait ainsi au menu de cette 25ème édition Camille, Benjamin Biolay, Alexis HK, Delgrès, La Maison Tellier et bien d’autres. Sans oublier Hubert-Felix Thiéfaine qui porte brillamment et élégamment ses 73 ans. Les 14 dernières années d’abstinence alcoolique, qu’il évoque sans détour sur scène, lui ont incroyablement bien réussi ! Il y eut aussi Jeanne Cherhal, assez étonnante dans un concert seule au piano exclusivement composé de chansons et musiques de films. Une mention spéciale aux reprises des chansons cultes de La Boum et de La Vie est un long fleuve tranquille.

Cerise sur le gâteau, Vincent Dedienne jaillit soudain du public pour chanter, avec son amie Jeanne, le mythique Parole de Dalida et Alain Delon.

Et puis les retrouvailles avec Thylacine (sa scénographie de lumières, son pianiste et son saxophone) et Charlotte Cardin (son doux accent québécois, son T-shirt Miles Davis et son talent infaillible). En voilà deux qu’on avait laissé quasiment débutant.es il y a quelques années à peine, et qui ont sacrément pris du galon !

Côté découverte musicale, la plus réjouissante fut celle du très jeune et déjà très très (répétition non accidentelle) grand, Lewis OfMan. Le garçon a seulement 23 ans et déjà  5 ans de scène derrière lui. Avec ses instruments, ses machines, son électro inventive, sa bonne humeur et ses Sonic Poems, il a mis littéralement le feu au Magic Mirror, transformé pour l’occasion en dance floor festif du samedi soir ! Très à l’écoute des réactions des spectateurs, Lewis finit d’ailleurs son concert torse nu, répondant ainsi à un « à poil » venu du public, qu’il prit joyeusement à la lettre.

Un artiste attachant et talentueux que l’on te conseille de découvrir rapidement sur scène… et dans cette émission en attendant :

Mais ce n’est pas tout car on a aussi été très gâtés côté découverte théâtrale !

Notre plus gros coup de cœur du festival : La Tendresse.

Il s’agit du nouveau spectacle de Julie Berès qui nous avait déjà épatés avec Désobéir, sa précédente création. Désobéir s’intéressait à la manière dont quatre jeunes femmes issues de l’immigration s’affranchissaient des normes sociales et traditionnelles. La Tendresse va à la rencontre de jeunes hommes et interroge leur vision de leur masculinité. Sur scène, se croisent et s’interpellent sept comédiens, acrobates et danseurs issus de parcours (break, hip hop, danse classique) et de milieux différents. Entre performances physiques et questions existentielles, le spectacle déploie une énergie et une joie incroyables ! On te souhaite de croiser La tendresse près de chez toi et on te conseille d’y foncer sans craintes. C’est une pièce rare !

Un aperçu ici (mais c’est beaucoup mieux en vrai) :

Un autre très bon moment que l’on te conseille : Le spectacle Bob et moi d’Alexandre Virapin, membre du Collectif Bajour.

Dans ce seul en scène que l’on imagine autobiographique, l’artiste évoque ses angoisses d’enfant et raconte l’histoire de l’homme qui va changer sa vie : Bob Marley. Le spectacle, dépouillé et musical, fait découvrir la vie du chanteur, de sa naissance en Jamaïque à son incroyable notoriété internationale.

Nous avons eu la chance de voir le spectacle en extérieur, dans un lieu très agréable, : la cour de l’ancien Hôtel-Dieu, aujourd’hui investie par le projet The Roof – Origines. Un espace de vie atypique et populaire comme on les aime à Rennes. Il y faisait assez froid ce dimanche après-midi d’avril mais l’ambiance était des plus chaleureuses et les apparitions du soleil très appréciée.

Notre retour à Mythos fut donc largement à la hauteur de nos espérances. Un sans faute ! Prochain rendez-vous avec le festival rennais du 7 au 16 avril 2023. A vos agendas !

Pour s'abonner et partager :
error
fb-share-icon